Rédiger un e-mail de motivation : les clés du succès !

Rédiger email de motivation


Exit la lettre de motivation, place à l’e-mail de motivation. Les recruteurs en sont friands et pour cause : lu plus rapidement et nul besoin de l’imprimer. La balle est dans votre camp : il faut être concis, précis, percutant, convaincant, intéressant dans un espace restreint. A vos claviers !

1er paragraphe : Commencer par « vous » (3 lignes)

Comme je le conseille dans mon livre « Être un pro de l’e-mail », commencer un e-mail par « vous » permettra de capter l’attention de votre interlocuteur dès les premiers mots. Parlez-lui de lui, certes, mais pas trop ! Il connaît bien sa structure et sa position sur le marché, nul besoin d’en faire des tonnes.

Parlez-lui de sa structure : « Vous avez été remarqué dans tel domaine » , « vous êtes acteur de… », « votre société figure parmi… », « votre entreprise a permis de… »

Et venez-en au poste à pouvoir : « Vous recherchez un/une (intitulé du poste) », « Vous souhaitez engager un/une (intitulé du poste).

2ème paragraphe : Poursuivez par « moi » (3 lignes)

Il est temps de parler de « moi » en quelques mots. Erreur à ne pas commettre : résumer ici le CV ! Non, à cet endroit, je vais faire ressortir mes compétences acquises en rapport avec le poste à pourvoir (comme par hasard !).

Exemples : « j’ai eu l’occasion de créer un poste de responsable de… » – « mes précédents employeurs ont apprécié ma rigueur dans la gestion de… » – « j’ai pu faire évoluer mon portefeuille clients en deux ans de 30 %… »

Vous l’avez compris, plus vous serez factuel, et plus vous serez crédible. Choisissez bien vos arguments, ils sont la clé d’une ouverture possible vers la naissance d’un intérêt chez votre interlocuteur et donc, d’un entretien.

3ème paragraphe : Terminez par « nous » (3 lignes)

Faites une synthèse et rapprochez les éléments de vos deux premiers paragraphes : c’est à cet endroit que vous faites converger les besoins de votre interlocuteur avec vos points forts pour le poste brigué.

Exemples : « Je souhaite vivement mettre mes compétences au service de votre développement » – « C’est ainsi que nous pourrons ensemble mettre en place … »

Formule de sortie  (1 petite ligne)

A cet endroit, n’utilisez pas le verbe « espérer » mais restez plutôt dans l’attente, et s’il-vous-plaît, de façon dynamique et innovante ! Exit les phrases toutes faites et trop employées telles que « restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire », vides de sens et ne servant pas votre objectif.

Exemples : « Dans la perspective d’une prochaine entrevue », « Souhaitant vivement être des vôtre prochainement » (pour les plus audacieux)

Formule de politesse (quelques mots)

Ici, vous éviterez absolument « le respect », tellement hypocrite puisque vous ne vous connaissez pas ! Terminez donc par une formule de politesse neutre, courte et courtoise.

Exemples :  « Je vous transmets mes sincères salutations » – « Recevez mes sincères salutations »

Formules de sortie et formule de politesse peuvent être liées dans la même phrase. Si tel est le cas, évitez cela « En attendant de vos prochaines nouvelles, recevez… ». En effet, si vous employez un participe présent dans la formule de politesse, c’est vous qui parlez, vous devrez donc poursuivre avec « je ».

Exemple : « en attendant de vos prochaines nouvelles, je vous transmets… »

Signature

Pensez à signer de vos prénoms et noms, n° de portable et adresse électronique.
Joignez votre CV et mentionnez-le dans le corps de votre e-mail.

Vous souhaitez aller plus loin ?
Faites un test sans attendre et inscrivez-vous au plus vite !

___
Sylvie Azoulay-Bismuth
Fondatrice et auteur du site www.lefrancaisdespros.com